You are here

Jean Vanier - L'angoisse et ma violence !

Jean Vanier commence à vivre avec des personnes handicapées en 1964. Il rencontre leur angoisse : depuis sa naissance, la personne handicapée découvre qu’elle déçoit et fait souffrir ceux qui l’aiment. Rejetée, elle a une image cassée d’elle-même et peut devenir violente contre elle-même en se frappant ou contre son entourage.

Jean Vanier peut souvent porter cette angoisse, mais parfois elle éveille ses propres angoisses et sa violence. C’est dur pour celui qui veut aimer et servir la personne handicapée de découvrir cette violence en lui.
«La non-violence commence lorsque je reconnais en moi ma propre violence. Je découvre ainsi que je ne suis pas différent de la personne handicapée. Chaque personne est un mélange de lumière et de ténèbres qui est aimée et voulue par Dieu comme elle est. Ces mêmes mécanismes jouent dans les affrontements politiques et les guerres.» Jean Vanier le montre en retraçant la révolution non-violente des Philippines dont il fut témoin.