You are here

La violence
Ce terme recouvre bien plus que la guerre ou toute violence physique. Il y a aussi des violences morales , ou encore structurelles.

La violence, c'est lorsqu'on bafoue
la dignité humaine d'une personne.

La violence n'est jamais bonne puisqu’elle atteint l’intégrité de la personne. Par contre le conflit, la force, l'agressivité peuvent l'être. A l'inverse, il peut y avoir une forme de paix, de gentillesse, de patience, etc. qui ne sont pas du tout non-violentes.

Le conflit
Le conflit est avant tout la rencontre de nos différences. Tant qu’il est l’occasion de nous enrichir mutuellement, il est positif. Cependant, il arrive régulièrement qu’il dégénère en violence, lorsque nous nous blessons les uns les autres. Cependant, nous encourageons à oser le conflit. Car le conflit nous permet d'être nous-mêmes dans une relation vraie, pour avancer vers plus de vérité, plus de justice et un amour plus profond. Une certaine forme de gentillesse, de non-dit peut être bien plus violente qu’un affrontement , par exemple lorsqu'elle laisse la voie libre à l'injustice.

Paix et agressivité
La paix n'est pas une valeur en soi, elle n'est paix véritable que comme fruit d'un processus non-violent. Être agressif ou élever la voix n'est pas forcément être violent, au contraire. La non-violence nécessite beaucoup de fermeté, de force et de détermination.

Être non-violent, c'est s'opposer à la violence,
à tout ce qui bafoue la dignité humaine.
Parfois avec force, avec agressivité.

La passivité
Le plus grand problème lorsqu'il y a injustice, c'est la passivité : laissant faire l’injustice, elle lui permet de proliférer. Quelqu'un qui fait le mal, au début il ne sait pas très bien dans quelle mesure c'est mal. Si personne ne réagit, il arrivera à la conclusion que le mal qu'il a commis n'est pas si mauvais que ça. Se sentant justifié dans son attitude, il a toutes les chances de continuer dans cette voie, voir même de devenir de plus en plus injuste et tyrannique. Ainsi, la passivité est une forme de violence en ce sens qu’elle contribue à renforcer la spirale de la violence.